Auteur : Visionadmin

Le référencement via les réseaux sociaux

Il est impossible de mesurer l’impact du référencement via les réseaux sociaux. Cependant, notons que considérer comme complémentaires le SEO et le SMO est important. Il faut tout de même appliquer les bonnes vielles techniques d’acquisition de backlinks pour se mettre en avant dans les résultats de recherche.

Rapport entre référencements et SMO

Les médias sociaux influencent indirectement le positionnement d’un site Web sur les moteurs de recherche. Ils génèrent plus de trafic grâce à une visibilité et une popularité accrues. Il est possible d’augmenter le nombre de backlinks autour des réseaux sociaux. Toutefois, les liens sont en nofollow. Donc, ils ne sont pas crawlés par Google. Cela n’empêche que le SMO est bel et bien un levier pour le SEO. Tout se joue sur la notoriété acquise, laquelle constitue un signal positif pour le moteur de recherche. Toutefois, il est important d’insister sur les critères clés et d’agir et interagir différemment pour chaque réseau social.

Bing

L’algorithme de Bing tient compte de la popularité d’un site sur les réseaux sociaux. Après la pertinence du contenu, ce moteur de recherche place en second critère la visibilité sur ces plateformes.

Google +

Les partages sur Google + impactent directement sur le référencement d’un site Web. En fait, ce réseau social élaboré en 2011, joue un rôle certain sur le positionnement dans les résultats de recherche.

Des études ont démontré que les pages les mieux likées, partagées, pulssées et tweetées sont les mieux placées dans les résultats de recherche. Toutefois, cela n’indique pas que ces actions sont prises en compte par l’algorithme de Google. Il est tout à fait possible qu’un site soit bien référencé pour gagner en partage. Dans ce cas, le SEO est au service du SMO, autrement dit, le référencement garantit la popularité sociale.

Indexation d’une page via les réseaux sociaux

Une page publiée sur les réseaux sociaux est indexée rapidement dans Google, mais elle n’est pas forcément bien référencée. Elle est présente certainement dans les résultats de recherche, mais ce n’est pas pour autant qu’elle gagne en place. Il ne faut donc pas confondre les deux concepts indexation et référencement, qui sont tout à fait distincts.

Interagir via les réseaux sociaux

Même si les réseaux n’impactent pas directement sur le positionnement d’un site Web. Il demeure nécessaire d’accroître stratégiquement le nombre de fans, de publier des articles pertinents, optimisés, aux sujets légitimes. Il convient de créer des échanges et de définir des actions précises pour chaque réseau social : Youtube, Facebook, Linkedin ou Viadeo. La réactivité de la communauté compte vraiment en termes de SMO. Plus le nombre d’abonnés et de partages est important, plus le site a de fortes chances d’apparaître dans les premières pages de Google.

Certainement, la prise en compte par Google des actions sur les réseaux sociaux va changer avec le temps. Le social est, sans doute, l’avenir du référencement d’ici peu, mais en attendant, il demeure nécessaire d’appliquer les méthodes classiques pour faire le plein de backlinks : article de blog, communiqué de presse, publication dans les forums…

Comment trouver son thème WordPress ?

Choisir son thème WordPress ne va pas de soi, car les propositions sont nombreuses aujourd’hui. De ce fait, il convient de connaître les bons critères à considérer pour repérer la version qui peut rendre plus dynamique votre contenu web. Les conseils suivants vous aideront dans cet exercice.

Ne vous contentez pas d’un thème précis

Une des erreurs fréquentes dans le choix du thème WordPress est de penser systématiquement à une activité particulière. Bien sûr, pour certaines activités telles que l’immobilier ou la photographie, vous aurez besoin de thèmes métiers. Mais en général, il est plus judicieux de comparer les différentes versions dédiées à d’autres domaines. Si vous comptez par exemple créer une plateforme axée sur le thème de la technologie, ne limitez pas vos recherches sur celle-ci. En effet, les thèmes wordPress sont souvent neutres pour être adaptés à n’importe quel contexte. Ainsi, il ne faut pas se borner aux images qui se défilent ou aux couleurs, mais considérer aussi le design général. De plus, les thèmes sont personnalisables à l’heure actuelle.

Analysez les fonctionnalités et la structure

Indissociable du conseil ci-dessous, la prochaine étape consiste à bien vérifier les paramètres du thème qui vous séduit. Avoir un design original est très important, mais ne suffit pas pour dynamiser votre site. Par négligence ou par manque d’analyse, vous risquez de tomber dans un thème qui n’est pas prêt à l’emploi. Il convient de s’assurer que celui-ci est personnalisable. Il est aussi recommandé de jeter un œil sur les commentaires et les pages de vente pour avoir connaissance des réactions des clients. Les explications de l’auteur peuvent apporter des réponses à votre questionnement. Bref, informez-vous au maximum sur la praticabilité du thème envisagé.

Effectuer la personnalisation avec un thème enfant

Il est vrai que bon nombre de personnes choisissent d’effectuer la modification directement sur le thème parent. Ils ajoutent alors des fichiers sur le dossier de ce dernier. Or, avec cette méthode, beaucoup rencontrent des problèmes comme la perte de la personnalisation apportée dès la prochaine mise à jour effectuée par le développeur. En revanche, l’usage d’un thème enfant permet de réaliser la modification sans avoir besoin de toucher aux fichiers originaux. Pourquoi risquer si une solution existe déjà ? En effet, il est toujours possible de créer un thème enfant, quel que soit le thème WordPress.

 

Préférez le thème payant au thème gratuit

Sur Internet, vous avez l’embarras du choix de thèmes gratuits. Ils ont leurs avantages, mais contiennent souvent des codes et des liens qui peuvent compromettre le référencement de votre contenu. Ainsi, il est conseillé d’en acheter sur des plateformes de ventes de thèmes ou engager un freelance. L’atout principal de ces thèmes payants est la possibilité de personnaliser l’administration de la page. De plus, nul n’ignore que le téléchargement des thèmes gratuits est parfois exploité par des pirates pour profiter des brèches de sécurité.

Et comme la plupart de ces thèmes sont en anglais, vous devez également penser à la traduction. Beaucoup d’entre eux comportent des fichiers permettant de les traduire au moyen d’un logiciel, ce qui assure aussi un gain de temps.

Comment rentabiliser son blog?

Souhaitez-vous rentabiliser votre blog ? Vous devrez cumuler diverses actions et utiliser différents outils pour y parvenir. Il faut commencer par intégrer dans vos pages Web de la publicité via Google Adsense, puis, de vous affilier auprès des sites Web de référence, de rendre payant une partie de votre contenu…Gros plan sur toutes les techniques à adopter.

Google Adsense : Gagner de l’argent avec de la publicité 

Il est possible de faire de son blog une source de revenus en utilisant Google Adsense. Cet outil permet de diffuser des annonces moins intrusives. Il donne accès à une personnalisation puissante du message et à un ciblage efficace.Il vous crée des bannières de publicité textuelle ou imagée sur le côté droit de votre interface. Vous êtes payé en fonction des clics générés autour de cet affichage.

 

L’affiliation : comment améliorer ses revenus ?

L’affiliation est un autre moyen excellent permettant de gagner de l’argent avec son blog. Vous êtes rémunéré pour chaque vente accomplie, pour une inscription à une newsletter, pour l’affichage d’une page avec une publicité ciblée. Si vous avez par exemple un blog pour ados, vous pouvez vous affilier à un site de rencontre. Il faut choisir un blog partenaire dont le thème se rapporte au vôtre.Pour améliorer ses revenus mensuels, mieux vaut programmer un partenariat en proposant juste un trafic vers le site de l’affileur, au lieu de citer sans discrétion son service.

La publicité contextuelle

La publicité contextuelle est très intrusive, pourtant elle permet de gagner de l’argent à chaque fois qu’un internaute clique sur certains mots-clés. Elle est automatiquement et directement incluse dans le contenu textuel. De ce fait, les internautes ne risquent pas de passer à côté de cette annonce. Néanmoins, un blog qui les attire et qu’ils aiment visiter peut ne pas présenter beaucoup de publicités. Il vaut mieux ainsi les dissimuler au risque de faire fuir les lecteurs.

Proposer un service ou un contenu payant

Vous pouvez rentabiliser vos investissements en ligne en échangeant un contenu exclusif auprès de certains sites Web ou en créant des articles sponsorisés.Une autre astuce est de rendre payante une partie de votre page Web via une solution de micro-paiement.  Vendre un ebook, une formation en vidéo ou encore un abonnement à une newseletter à partir de 1 euro rapporte énormément. Il est par exemple judicieux de mettre en place un bouton de paiement pour une inscription contre un livre gratuit ou un tutoriel.

Créer une mini-boutique

Vous pouvez utiliser un outil spécifique pour créer une mini-boutique.  Cette dernière est intéressante du moment qu’elle propose différents thématiques. Vous pouvez vendre sans souci vos produits complémentaires, vos t-shirts humoristiques, vos livres, vos tasses avec votre logo autour d’une interface au design épuré et très attractif.

En somme, il existe certainement plusieurs moyens et outils permettant de rentabiliser son e-commerce ou son blog, mais il est essentiel de bien les choisir. Pour ne pas avoir l’air d’un arnaqueur, il est conseillé de récompenser ses visiteurs pour certaines de leurs actions ou leur proposer un abonnement aux newsletters, un téléchargement de vidéo gratuit…

Comment gagner du trafic pour son site Internet?

Il existe mille manières de gagner du trafic vers son site Web. Mais, les plus efficaces sont la publication régulière d’articles de blog, l’échange de contenu et de lien, la publicité payante, l’organisation de concours pour sa communauté de blogueurs, la vente par affiliation et la participation à des événements dans le monde réel.

Les articles de blog

Il existe plusieurs méthodes pour générer du trafic vers son site Web. La première technique est de publier régulièrement des articles sur son blog. Cela permet d’augmenter significativement le nombre de visites et  de fidéliser les lecteurs. De plus, poster plusieurs fois par semaine des textes de qualité est un bon signe envoyé à Google. Les pages vont s’afficher en conséquence sur les résultats de recherche. En même temps, il faut les optimiser à travers des mots clés pertinents et assurer leur visibilité autour du méta description, d’un titre accrocheur et des sous-titres percutant, entre autres.

 

Les articles invités

Pour accroître le taux de clic d’un site, il convient de publier les articles sur d’autres blogs. Cette forme de partenariat est gratuite et très opportune. En fait, dans les textes, un lien ou deux est à intégrer afin de mener les visiteurs vers son propre blog. Tout le monde est gagnant, car en échange d’un contenu, une augmentation du nombre de visiteurs est escomptée.

Les publicités payantes

Il est possible d’utiliser Google Adword pour faire de la publicité. Certes, il faut payer quelques euros par clic, mais, l’impact sur la visibilité est considérable. L’annonceur a la chance de sélectionner le public cible. Par ailleurs, il est également  avantageux de lancer une campagne payante sur Facebook. En choisissant une audience, l’annonce défile forcément sur le fil d’actualité des potentiels clients ou fans.

La publication régulière de message optimisé sur un forum permet de générer plus de trafic vers son site Web. Il s’agit de la meilleure façon d’être connu en tant que  professionnel et connaisseur de son domaine. Les gens se fieront aux informations si elles sont pertinentes et vont naturellement cliquer sur le lien diffusé en signature.

Organiser un concours pour gagner des backlinks

Il est intéressant d’organiser un concours à destination d’une communauté de blogueurs. Cela permet de faire le plein de backlinks. En proposant la rédaction d’un article sur un thème donné et en demandant l’insertion d’un lien dans le texte, vous ferez monter en flèche le nombre de visiteurs de votre site Web.

Lancement d’un produit par affiliation

Lancer un programme d’affiliation pour vendre un produit et en même temps augmenter le trafic est très fructueux. Toutefois, il convient de bien sélectionner les affiliés qui vont promouvoir l’offre. Ces derniers touchent une commission sur chaque vente.

Se faire connaitre dans le monde réel

Outre, les stratégies numériques permettant de gagner du trafic, la rencontre du monde réel est également indispensable. L’entreprise doit se faire connaître durant les événements de type forum, salon professionnel, conférence… Il s’agit de la meilleure façon de faire la connaissance directe de ses lecteurs, des experts et des bloggeurs. L’idée est d’être là où personne ne s’y attende.

CMS : les critères de choix

C’est décidé, vous allez créer un site Internet ! Mais avant, sachez que vous devez passer par un large éventail de choix de CMS. En effet, ce dernier propose de multiples fonctionnalités ayant des applications bien différentes. Étant donné que ce choix cornélien ne doit pas être fait à la va-vite, vous devez bien vous renseigner et prendre les bonnes décisions. Ceci, dans le but d’avoir la plateforme Web adaptée à votre besoin. Découvrez dans cet article les 5 critères à considérer avant de choisir son système de gestion de contenu !

1.La possibilité d’avoir un site multilingue

Si vous avez une visée internationale, le premier élément à considérer est bien sûr la capacité du système de gestion de contenu à pouvoir gérer de nombreuses langues. En effet, rien n’est plus agaçant que de tomber sur un site qui affiche « la traduction n’existe pas ».

Son aptitude à afficher certains charsets (le chinois [ISO 2022-CN] pour le chinois [ISO 2022-KR] pour le coréen, etc.) est également à ne pas négliger. Il est à noter que pour faciliter une bonne appropriation, le back-office doit, lui aussi, être multilingue. Ce qui n’est pas souvent le cas.

2.L’aptitude à gérer des utilisateurs

Votre site doit avoir la possibilité d’accueillir de nombreux rédacteurs en charge de la création de contenu. Les blogs ont notamment besoin de pouvoir gérer plusieurs types de contributeur avec des niveaux d’administration différents.

3.Une facilité d’administration

Un bon CMS doit permettre à une personne sans connaissance en développement de l’utiliser. En d’autres termes, il doit être facile à utiliser. Évitez des plateformes Web qui nécessitent systématiquement un serveur dédié. Tournez-vous vers des sites légers afin que vous puissiez héberger sur un plan OVH (un réseau ultrasécurisé, dont la bande passante, est garanti) et les administrer sans effort. En optant pour ce type de CMS, vous avez la garantie de pouvoir modifier, ajouter ou supprimer des contenues facilement.

 

4.Une excellente taxonomie

Vous demandez-vous la signification de ce terme ? Une taxonomie est un système d’étiquetage de vos éléments, qui doit être souple pour répondre à vos attentes. Utilisez un CMS qui rend l’ajout des termes taxonomiques faciles.

5.La possibilité de monter en charge

Cette option est indispensable pour les sites à fort trafic tels que les pages événementielles. Ces derniers doivent notamment gérer un flux massif de visiteurs dans un laps de temps très court (le site du Tour de France par exemple). La majorité des CMS offrent un système de cache répondant au problème. Ils précalculent les pages et les stockent au format HTML. Par conséquent, les points à prendre en compte sont l’architecture du cache et ses performances, notamment par le biais des tests de montée en charge. Sinon, il faut garantir qu’un système externe peut être joint facilement.

Choisir un CMS nécessite donc une étude approfondie au risque d’opter pour une plateforme qui ne répondra pas à vos attentes. Les 5 critères énoncés ci-dessus ne constituent pas une liste exhaustive. Sachez qu’il existe encore de nombreux points à considérer tels que la sécurité, les délais de mise en ligne, la qualité du code, le coût de possession et de création…

Appréhendez les bonnes techniques du netlinking

Le netlinking consiste à développer le nombre de backlinks ou de liens pointant vers son site. Il vise à améliorer la visibilité de l’entreprise en ligne sur Google et autres moteurs de recherche. Voici les stratégies de netlinking les plus efficaces : inscription dans les annuaires, publication de communiqué de presse, guest blogging…

Créer un site et un blog en même temps

La combinaison « site + blog » est la meilleure façon d’améliorer le référencement naturel de son entreprise en ligne ou e-commerce. En fait, lorsque cette dernière possède un blog, elle peut y publier des articles intéressants et optimisés pour générer du trafic vers son propre site. Il crée ainsi des liens pertinents de façon totalement autonome.

 

S’enregistrer dans les annuaires

L’inscription et l’enregistrement des descriptions de son site dans les annuaires demeurent efficaces pour un référencement naturel. En fait, les informations communiquées sur ces plateformes comportent un ou des liens pointant vers le site en question. Il est possible de relier l’annuaire avec la page d’accueil ou les pages internes. Toutefois, il est nécessaire de s’inscrire dans la catégorie correspondant à son secteur d’activité.

Publier des communiqués de presse via les sites spécialisés

Poster des CP (communiqué de presse) sur des sites spécialisés permet d’avoir des backlinks. Cependant, très prochainement, cette méthode serait proscrite par Google si les liens continuent à être diffusés de manière abusive. Pour éviter cela, il vaut mieux sélectionner méticuleusement les sites Web bien référencés et de ne pas se limiter sur cette technique de netlinking. Il est également important de publier des CP avec des libellés de liens utilisant des mots-clés différents.

Le guest blogging

Faire du guest blogging permet non seulement de générer plus de trafic, mais aussi de bien se placer dans les résultats de recherche. Depuis peu, les plateformes de contenu se sont développées à l’aide de cet échange d’articles et de liens externes en DoFollow. Le but est d’inviter des experts à rédiger sur le blog. Ces derniers gagnent en backlink et de nouveaux blogueurs sont attendus. Il s’agit d’une forme de relation gagnant/gagnant très pratiquée.

 Les digg like

Les digg likes sont des sites permettant de partager des liens. Leurs membres votent pour ceux qu’ils préfèrent. Cette méthode est très utilisée aux États-Unis. Par contre, en France, elle est malheureusement peu employée. Pourtant, elle est la meilleure façon de découvrir les avis sur la pertinence et l’intérêt d’un contenu, tout en optimisant sa visibilité.

Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux n’impactent pas directement sur le référencement naturel d’un site Web. Pourtant, ils donnent la possibilité de partager du contenu et de générer du trafic. Ils fondent la popularité d’une marque, d’une entreprise en ligne, d’un e-commerce… Cela est un signal positif envoyé à Google. Même si l’algorithme du moteur de recherche ne tient pas compte des liens Nofollow publié sur ces plateformes, il considère la « notoriété » d’un site.

Telles sont les techniques de netlinking les plus utilisées dans le monde. Toutefois, il ne faut pas en abuser pour éviter un « retour de bâton ».

5 outils gratuits pour l’audit de votre site

L’audit d’un site est un processus incontournable si vous voulez améliorer son efficacité. Depuis quelques années, les outils et les applications dédiés à cet effet se multiplient à une vitesse incroyable. Il peut être complexe pour les novices de faire un choix répondant réellement à leurs besoins. Pour vous aider à opter pour le bon logiciel, cet article a compilé quelques-uns des outils les plus utilisés dans l’audit d’un site

1.Google Search Console

Qui est plus apte à savoir comment Google analyse votre site Web que lui-même ? Google Search Console, l’outil du géant du Web éponyme, vous permet de connaître précisément quels mots-clés ses robots d’indexation contrôlent. Il vous donne la possibilité de connaître le nombre de requêtes et de clics apportés par chaque mot-clé.

Parmi les nombreuses options proposées par Google Search, on peut citer l’analyse et la réparation des liens vétustes. L’outil vous confère également quelques astuces pour optimiser les performances de votre site. Bref, c’est la meilleure solution pour optimiser l’ensemble de vos pages.

2.LinkExaminer

LinkExaminer est un outil gratuit d’audit SEO. Une fois installé sur votre terminal, ce logiciel va explorer une page, analyser ses liens dans le but de montrer leurs caractéristiques [liens externes, liens internes, do follow, codes associés (401, 301…)]. Il vérifie également le temps d’accès aux pages ainsi que leurs profondeurs.

En utilisant LinkExaminer, il vous sera également possible de connaître si les liens ou pages sont générés de manière dynamique. Son principal inconvénient reste sa difficulté à parcourir les sites de grandes dimensions.

3.Found Seo

Found SEO est un outil relativement simple. Il vous permet de réaliser un audit automatisé de votre site tout simplement en entrant votre URL. Il vise principalement à répondre à 3 objectifs, à savoir : la recherche de problèmes techniques [mise en forme canonique de domaine, plans de site XML…], le contrôle des problèmes liés au contenu [les mots-clés, métadonnées…] et enfin l’analyse des liens externes.

Dès qu’il aura fini d’auditer votre site, vous trouverez sur son site un lien qui vous permettra de télécharger au format PDF le résultat de l’audit.

4.L’outil SEO Xenu

Xenu « Link Sleuth » est un software à installer sur ordinateur. Il est spécialement conçu pour effectuer le scan détaillé d’une page dans le but de détecter ses problèmes et surtout les liens défectueux, et ce, de façon très exhaustive. Ce logiciel peut aussi examiner les liens JavaScript.

Xenu est, par ailleurs, capable de faire remonter des erreurs comme les 404, les 301 ou les 302. Afin de répondre aux besoins intégraux de votre site, cet outil fait apparaître les problèmes de DNS, de duplicate content ainsi que celles des temps de chargement.

5.Ahrefs

Même si vous n’arriverez peut-être jamais à percer le mystère de ce qui se passe chez Google, cet outil vous aidera à mener à bien votre campagne de référencement, surtout celle du netlinking. Avec ahrefs, vous pouvez notamment identifier les backlinks, c’est-à-dire les liens pointant vers votre site.

4 conseils pour sortir des pénalités de Google

Référenceur, webmaster, dirigeant d’entreprise… tout le monde doit se plier aux règles de Google aux risques d’avoir une punition (punition manuelle et punition algorithmique). En d’autres termes, le moyen le plus facile pour ne pas être pénalisé est bien sûr de ne rien faire de répréhensible. Si vous aussi vous souhaitez éviter la colère du géant du Web, découvrez 4 solutions pour vous aider à éviter sa sandbox !

1. Produisez des contenus de qualité

On ne le répétera jamais assez : le contenu est roi !Avec la récente mise à jour de Google Panda, la production de contenu qualitatif devient un enjeu capital afin de bien référencer son site Web. Un contenu « bas de gamme » ne vous apportera ni plus ni moins qu’une pénalisation et un désintérêt général des lecteurs. Si vous voulez être sur la même longueur d’onde que Google à long terme, rédigez des contenus de qualité. Un contenu de bonne qualité augmentera votre taux de clics et garantira des visiteurs qui deviendront vos lecteurs fidèles. Vous monterez ainsi peu à peu dans les résultats de recherche de Google et de tout autre SERP tout en évitant les pénalités.

2. Mener à bien votre campagne de netlinking

Connaissez-vous Penguin ? Cet algorithme de Google sera votre pire ennemi si vous décidez d’adopter une stratégie de netlinking black hat, de spamdexing (fraude sur l’index des moteurs). Il sanctionne également l’utilisation massive des ancres de liens dans une optique SEO.

Ainsi, pensez à contrôler et à nettoyer régulièrement vos listes de liens. Evitez de passer par les liens placés dans les commentaires en spam. Cette méthode nuirait à votre notoriété au profit de site spammeurs. Vous pouvez notamment faire appel à la modération de contenu.

L’achat de liens et la suroptimisation des ancres SEO sont aussi des pratiques à éviter. Dans une campagne de backlinking, répartissez-la sur le long terme pour ne pas avoir tous vos liens en même temps, Google le remarquerait aussitôt.

3. Faites appel à un expert en la matière

Que vous ayez un site e-commerce ou un site vitrine, il est parfois, voire souvent difficile de mener à bien une campagne de SEO performante. Prendre contact avec des professionnels comme des agences de référencement expertes en search marketing est alors la solution idéale pour atteindre vos objectifs. Votre site est-il mal référencé ? Google n’indexe pas votre page ? Fort de leurs expériences, ces sociétés seront des atouts de choix pour vous accompagner dans votre stratégie de visibilité sur le Web.

 

4. Soyez informé des dernières mises à jour de Google

Tous les experts référenceurs s’accordent à dire que Google fait continuellement évoluer ses algorithmes. Le référencement doit donc suivre la vague et être également en constante évolution. Le webmaster doit se tenir informé des nouveautés, des nuances, des changements dans le milieu et rester en éveil constant. Ainsi, pour ne pas mettre votre site Web dans une mauvaise situation, veuillez vous mettre au diapason avec les nouvelles règles de Google et assurez-vous de les respecter.

4 astuces pour créer la charte graphique d’un site web

Tout chef d’entreprise ou webmaster désireux d’avoir un beau site Web dynamique lira sans doute ce dossier avec attention ! De prime abord, concevoir la charte graphique d’un site Internet peut sembler être un défi de taille à relever, mais aussi longtemps que vous suivez certaines notions de base, ce processus sera plus facile à réaliser. Cet article vous détaille le b.a.-ba de la création de charte graphique et quelques pistes générales pour vous aider à avoir le meilleur site qu’il soit !

1. Pensez au logo

Cet élément est le symbole de votre société et constitue l’un des piliers de la communication visuelle moderne. Il vous permettra de vous différencier par rapport à vos concurrents, car c’est en quelque sorte votre signature visuelle. Il est, dans ce cas, important de le concevoir avec soin, en considérant différents paramètres. Si possible, le logo doit pouvoir se décliner aussi bien sur un support en noir que sur un support en blanc. Arrive ensuite le type de logo à choisir. Vous aurez le choix entre les logos iconiques (ou symboles), les logos en texte (ou marque verbale) et les combinaisons d’illustrations (association d’un symbole et d’une signature textuelle).

2. Choisissez les bonnes couleurs

Les couleurs restent un élément essentiel du design de votre site, mais aussi de l’identité de votre marque. Des couleurs agréables s’associeront à merveille avec le style de votre site. De plus, étant donné qu’elles constituent la personnalité de votre enseigne, vous devriez les choisir avec parcimonie. Sachez que chaque couleur est associée à un sentiment particulier. Si le bleu inspire notamment la confiance et l’intelligence, le rouge exprime l’énergie et la passion. Le noir, quant à lui, reflète la puissance et l’élégance.
Le principe du 60-30-10 a conquis bon nombre de webmaster et continue à faire ses preuves. Votre couleur favorite doit dominer et couvrir 60 % des surfaces alors que votre second choix s’étend sur 30 % du site. Les 10 % qui restent, quant à eux, sont dédiés aux suppléments décoratifs.

3. Étudiez la typographie

Le style de votre texte est un élément essentiel de votre site Web, car il fait partie de son design. Il sera donc bien de le présenter de manière simple et attractive pour séduire davantage vos visiteurs. Pour ce faire, sélectionnez 2 polices (maximum) qui s’accordent harmonieusement avec votre design, leur emploi exagéré pouvant donner une image de désorganisation.

4. Créez ou procurez-vous des icônes

Lors de la création d’un blog, d’un site Web ou d’un simple projet visuel, l’insertion d’icônes est inévitable. Vous pouvez facilement en trouver plusieurs sur la toile. Toutefois, il est conseillé de télécharger un set complet pour maintenir une bonne cohérence graphique entre eux. La création de ses propres icônes est également une autre solution, mais cette opération s’avère être chronophage.
Vous aurez vu quelques pistes générales pour vous aider à créer une charte graphique digne de ce nom et faciliter le travail de vos infographistes. Néanmoins, il y a encore d’autres éléments à prendre en compte comme les listes déroulantes, les fenêtres pop-up, les cases à cocher….